Basse plantes, dimanche 25 avril 2021

Début : 25/04/2021 13:00
Fin : 25/04/2021 18:00

Compte Rendu de l'activité

C’est en petit comité qu’on se retrouve pour une exploration du Gouffre de Basses plantes. Kévin est arrivé en premier pour équiper la descente. Le groupe est au complet à 13h00 et on commence à s’équiper sous un beau soleil, on a rapidement très chaud et on est tous impatient d’aller se mettre au frais. La descente du premier puits est une formalité pour tout le monde. La deuxième descente est plus compliquée notamment pour Jérémy qui découvre pour la première fois l’entrée étroite du passage. Arrivé au fond du deuxième puits Clément explore tous les départs, il découvre un petit passage qui le ramène quelques mètres plus bas dans le boyau principal. Lorsque tout le groupe est descendu, on suit Clément qui part en premier dans le boyau. On passe devant le crane de loup, puis on arrive rapidement au premier affleurement de l’aquifère. Jérémy découvre pour la première fois les eaux cristallines et colorées de la nappe. On est tous en admiration devant les dégradés de l’eau qui épouse toute la palette des bleus. Lorsqu’elle est peu profonde, elle prend des reflets bleu-turquoise et lorsqu’elle atteint des profondeurs qu’on estime à 7 ou 8 mètres, la teinte devient bleu nuit.

On a eu chaud dehors et la progression rapide jusqu’ici ne nous a pas refroidit, donc devant cette eau pure on est presque tenté de se baigner. Kévin nous apprend que des plongeurs ont explorés le réseau immergé et nous montre le fil d’Ariane qui indique leur point de départ vers les profondeurs.

Pour atteindre la suite du réseau, nous progressons le long d’une corniche qui surplombe la nappe de plusieurs mètres, heureusement une main courante nous permet de progresser en sécurité.

La suite est toujours périlleuse mais il n’y a plus de cordes, les conseils de Kévin sont précieux pour bien négocier les passages acrobatiques entre les blocs glissants.

Nous arrivons au niveau de la fissure étroite d’environ 3 mètres de long où Johnny était resté coincé dès le premier mètre l’année dernière. Il est bien décidé a aller plus loin cette année. Il dépose son baudrier et se présente dans l’étroiture, il franchit les 2 premiers mètres. Malheureusement, la fin du passage se rétrécit encore et il est obligé de faire marche arrière. La fin du réseau habituellement difficile d’accès en botte est à sec : le niveau de l’eau est déjà très bas pour la saison. Kévin qui n’avait jamais parcouru cette portion part à la découverte avec Jérémy . Pendant ce temps avec Clément nous explorons un boyau qui remonte, mais le passage semble trop étroit, nous préférons faire demi-tour. Au retour on retrouve Kévin qui nous précise que nous revenons d’un boyau qui permet d’accéder à la suite actuelle du réseau, mais le passage est extrêmement étroit : nous avons bien fait de faire demi-tour.

Notre exploration est finie pour aujourd’hui, nous remontons les 2 puits et nous arrivons tous essoufflés à la surface, sauf Kévin qui remonte sans la moindre fatigue.

Vers 17h30, lorsque nous nous déséquipons, une promeneuse nous indique qu’elle est l’ancienne locataire de la parcelle où se situe l’entrée du gouffre. Elle a connu les autres puits d’accès qui sont maintenant condamnés par de gros rochers et des dalles de béton. Elle a connu M. Martin, un des premiers spéléos du coin qui lui avait proposé d’explorer le gouffre, mais elle n’a jamais osé descendre. Elle habite toujours le quartier, et elle nous explique que lorsqu’elle est dans son garage elle peut entendre des bruits qui viennent d’autres maisons. Elle est persuadée qu’il y a d’autres cavités dans le secteur par lesquelles communiquent les bruits : son discours aiguise notre curiosité de découverte de cavités encore inexplorées.

Rédaction : Anthony GIRARDEAU

Album photos

Plus d'informations

Vous souhaitez participer à un prochain événement, faire une initiation à la spéléologie ou nous rejoindre ? N'hésitez pas à nous contacter.